Une expérience très spéciale


Tenzin Dordjé et Lama Nyima s'arrêtèrent et, descendant de la voiture, ils rencontrèrent en premier une femme d'âge moyen (Ils découvrirent plus tard qu'elle était en fait la grand-tante du quatrième Jamgon Kongtrul Rimpoché). En réponse à leurs questions, elle dit qu'elle ne connaissait aucun bébé comme celui qu'ils recherchaient. Marchant un peu plus loin, ils arrivèrent près d'un très jeune garçon qui offrit le les amener rencontrer un bébé qui, dit-il, était né dans la précédente année du cochon. Toutefois, ils furent découragés d'aller là par un passant plus âgé qui dit que l'enfant avait déjà 2 ans.

Tenzin Dordjé et Lama Nyima continuèrent leur chemin. Très vite ils rencontrèrent une jeune fille (qui, comme ils le découvrirent après était la tante du quatrième Jamgon Kongtrul). Elle leur dit qu'elle connaissait un bébé de l'année du cochon et leur dit de la suivre. Ils marchèrent environ 50 yards et arrivèrent à une maison. Comme ils approchaient, une femme d'âge moyen avec un bébé attaché sur son dos sortit de la porte principale.

Tenzin Dordjé remarqua que le bébé portait une chemise jaune, une 'Chuba' (vêtement traditionnel tibétain) marron, et avait un bracelet de perles vert clair autour de son poignet. Il demanda à la dame si le bébé était le sien. Elle répondit que non, mais que c'était son petit-fils. Lama Nyima demanda alors combien ils étaient dans leur famille. Elle dit qu'ils étaient 8. Alors Tenzin Dordjé demanda le nom des parents. Elle répondit que le nom du père était Gonpo et que sa mère s'appelait Yangkyi.

Tenzin Dordjé se rappela : "Le bébé me regardait et il souriait d'un façon très particulière. Il n'était pas effrayé, même si nous étions des étrangers. Il semblait qu'il était très familier. A ce moment je pensai à la montagne noire, la rivière, et la maison de famille, tout semblait concorder avec les signes de la lettre du Karmapa. Un sentiment mêlé de tristesse, d'aspiration et de joie, me submergea . Je n'avais jamais expérimenté un tel sentiment avant, et j'étais très proche de pleurer. Lama Nyima me rappela d'être fort et de ne pas causer de soupçon chez la dame.".

"En ce qui concerne l'endroit, en face il y a une grande montagne noire, sa vue est partiellement cachée par des montagnes à droite et à gauche. Entre les deux, une rivière puissante coule fortement."

La montagne noire était exactement comme le Karmapa l'avait décrite dans la lettre de prophétie. Il s'avéra que c'était 'Karak Khyung Tsun', une montagne consacrée par Gourou Rimpoché. Sur sa droite et sa gauche, étaient deux autres montagnes qui cachaient partiellement sa vue. La maison de la famille et leur village, étaient devant , lui faisant face directement. Sur la gauche, entre les montagnes, se trouvait une source, comme dans le second dessin du Karmapa. Et dans la direction faisant face à la maison de la famille, se trouvait une grande rivière profonde coulant en contrebas. C'était comme le Karmapa avait décrit plutôt, quand il dit qu'il devait y avoir de l'eau à l'endroit de la maison de la famille. La grande rivière était le Yarlung Tsangpo, et elle séparait la maison de la famille, du côté de Chuschur Dzong, de la montagne noire qui était du côté opposé, à Kamba Dzong.

"La maison a deux étages et est bien construite. Sa porte donne à l'est."

La maison de la famille était bien bâtie et elle avait deux étages, comme le Karmapa l'avait prédit. Ils avaient une cour devant la maison, et on entrait dans la maison par la porte de la cour. La porte donnait à l'Est exactement. Donc, il devint clair que la porte que le Karmapa avait décrite était cette porte.

Tenzin Dordjé et Lama Nyima demandèrent alors la permission d'entrer dans la maison et la dame portant le bébé acquiesça. Le reste de la famille était dehors à cette heure. Ils montèrent au deuxième étage et rencontrèrent un pratiquant laïc lisant le Soutra du bon éon (tibétain: dor de kalsang). La dame demanda à Tenzin Dordjé qu'est-ce qu'ils pouvaient bien faire par ici. Il lui dit qu'ils venaient d'un très petit monastère et qu'ils recherchaient l'incarnation d'un Khempo. Puis Tenzin Dordjé lui demanda quand le bébé était-il né. Elle répondit "c'était l'année précédente, le quatrième jour du dixième mois.

"....pas au début, ni à la fin, ni au milieu, mais entre le milieu et la fin, plus près de la fin"

Après avoir remercié la dame, Tenzin Dordjé et Lama Nyima quittèrent la maison. Une fois dehors, ils demandèrent à Thinlay et Chogdrub d'aller chercher Sönam Chöpel et Didi. Pendant ce temps, quelques villageois curieux s'étaient rassemblés autour d'eux, et par eux, Tenzin Dordjé et Lama Nyima apprirent qu'ils étaient environ 28 à 30 familles dans ce village, qui était dans le Sehmed Shang. Ils demandèrent si il y avait d'autre bébés garçons nés l'année du cochon précédente. Ils dirent que le bébé qu'ils venaient de voir était le seul né dans leur village l'année précédente. Il n'y avait pas d'autre garçon ni fille dans ce cas. Toutefois, ils dirent qu'il y avait un autre bébé qui était aussi né l'année dernière, mais c'était dans un autre village plus loin vers le bas. Tenzin Dordjé et Lama Nyima n'allèrent pas voir l'enfant cette fois là.

Quand Sönam Chöpel et Didi revinrent, ils rapportèrent qu'ils avaient trouvé un enfant avec une famille de 8 membres né l'année du cochon précédente, mais il semblait qu'il était né tôt dans l'année car il pouvait déjà marcher. A part ces deux signes, ils dirent que rien d'autre ne concordait. Sans les informer de l'expérience qu'ils avaient eu Tenzin Dordjé et Lama Nyima les envoyèrent à la maison qu'ils venaient de visiter. Environ quinze minutes plus tard, ils revinrent tous les deux semblant très excités et heureux. Ils s'exclamèrent qu'ils avaient un très bon sentiment concernant l'enfant qu'ils venaient de rencontrer et que tout concernant l'endroit semblait concorder avec ce que le Karmapa avait prédit.

Racontant leur expérience, Sönam Chöpel dit que quand lui et Didi entrèrent dans la maison, le grand-père les reçut. Il se rappela que le bébé regardait sa grand-mère lorsqu'ils entrèrent dans la pièce. Il portait une chemise jaune et une chuba marron, et il portait un bracelet de jade ressemblant à des perles, autour de son poignet. Sönam Chöpel dit qu'il sentait que l'enfant n'était pas ordinaire et ne put s'empêcher de laisser échapper "Rimpoché". Le bébé se tourna pour regarder Sönam Chöpel, et sourit. A ce moment, Sönam Chöpel dit qu'il ressentit une similarité entre le sourire du troisième Jamgon Kongtrul et celui du bébé, et il se sentit envahi par un sentiment de joie. Bien qu'il n'eut pas encore à ce moment, vérifié d'autres signes, un fort sentiment de confiance que cela pouvait être la réincarnation monta en lui, et il fut très heureux. Après cela, lui et Didi ressortirent pour voir Tenzin Dordjé et Lama Nyima, et le groupe de recherche au complet, à quatre, ils retournèrent de nouveau dans la maison. Peu après, le père du bébé arriva et ils allèrent tous ensemble rencontrer la maman qui était dans le champ.
La mère du bébé était dans le champ avec quelques autres femmes, coupant le blé. Elle semblait très jeune et elle les regarda étonnée. Son mari présenta le groupe et Tenzin Dordjé demanda à la maman; son nom, son âge, quand elle s'était mariée et la date de naissance de son bébé. La maman répondit que son nom était Yangkyi, elle avait 21 ans et elle s'était mariée à l'âge de 19 ans, et son bébé était né le quatrième jour du dixième mois lunaire l'année précédente. La rencontre avec la maman et le reste de la famille fut très chaleureuse d'un bout à l'autre.

Chacun dans le groupe de recherche eut un bon pressentiment concernant les événements de la journée. Ils croyaient bien qu'ils avaient probablement trouvé la réincarnation du Troisième Jamgon Kongtrul, et que le Karmapa donnerait également son approbation et choisirait cet enfant.

 

©Jamgon Kongtrul Labrang 1998-2004 Accueil Suite Retour